Développer le goût d’entreprendre dans les écoles de la deuxième chance avec EPA

Depuis 2017, la Fondation des EDC a développé un partenariat avec l’action « mini-entreprises » d’Entreprendre pour Apprendre (EPA), une fédération de 18 associations régionales dont le but est de favoriser l’esprit d’entreprendre des jeunes et de développer leurs compétences entrepreneuriales. « La première ambition, c’est d’encourager les jeunes à être entrepreneurs de leur propre vie ! » précise Adeline Mongrué, CEO d’EPA. Partout en France, le réseau accompagne avec des professionnels de l’entreprise et du corps enseignant les élèves de 8 à 25 ans en collèges, lycées et formations post-bac mais aussi hors Éducation nationale, dans les écoles de la deuxième chance (E2C), les missions locales, et même en milieu carcéral… partout où les jeunes sont potentiellement éloignés de l’emploi. « Sur les 35000 jeunes que nous avons accompagnés cette année, 20 % sont en situation de décrochage scolaire ou sortis du système scolaire », souligne Adeline Mongrué. Déployer plus particulièrement les mini-entreprises EPA auprès de jeunes en E2C et favoriser leur employabilité en développant leur esprit d’entreprendre, c’est la double dynamique que la fondation des EDC a choisi de soutenir par une subvention de 20 000 euros, donnant par la même occasion à EPA les moyens d’ajuster ses outils pédagogiques à ces publics spécifiques. En outre, à travers le réseau AGIR avec les EDC, des membres du mouvement parrainent des mini-entreprises et sont jurys à leurs championnats. Parce que, la fondation en est convaincue : la rencontre transforme !

Ainsi, le 31 mai dernier, Pierre Guillet, PDG de Hésion et lauréat du prix de la Pensée Sociale Chrétienne 2017 de la Fondation des EDC, a remis le prix communication et marketing du championnat national des mini-entreprises EPA à L’INSTANT T, Association Ouvrière des Compagnons du Devoir et du Tour de France, pour sa mallette apéritive portable.

 

« J’ai passé une journée formidable avec ces jeunes de tous horizons ! J’ai réalisé avec eux que, quand on leur donne la possibilité de faire de entrepreneuriat, ils ne font pas les choses à moitié et débordent d’idées que personne n’avait eues avant eux. J’ai été émerveillé par ces professeurs qui donnent du temps gratuit pour les accompagner et leur permettent de produire des résultats opérationnels de qualité. Nous avons besoin de jeunes dans nos entreprises, mais aussi pour nous succéder et c’est ce type d’initiative qui rend possible la transmission. Aujourd’hui, ce sont les jeunes qu’il faut former et « contaminer » car ce sont eux qui feront changer les choses.

Agnès Wuillaume pour Dirigeants Chrétiens N°91, septembre-octobre 2018

A Pipriac, plus personne n’est inemployable !

Le 16 avril 2019

Qui a dit que le chômage longue durée était une …

Une belle campagne pour un café Joyeux à Bordeaux

Le 2 avril 2019

C’est probablement à Bordeaux que le prochain Café Joyeux verra …

Se former autrement avec le Prado

Le 2 avril 2019

En 2018, la Fondation des EDC a choisi de soutenir …

La formation professionnelle : un enjeu clé pour la Fondation des EDC

Le 2 avril 2019

La formation professionnelle : un enjeu clé pour la Fondation des …